• Home ·
  • blink-182 ·
  • blink-182 au Download Festival – Juin 2017
  • 15Juin

    blink-182 au Download Festival – Juin 2017

    Il fait chaud pour ce premier jour de Download Festival, seconde édition française. Ce festival plutôt orienté métal se la joue plus pop rock avec blink-182, Linkin Park, et Green Day en headlines.

    C’est à Bretigny Sur Orge que le trio revient enfin en France après un passage remarqué au Main Square en 2012 et à Rock en Seine en 2010. Pas de salles pour eux dans notre pays mais quelques festivals bien sympathiques pour pouvoir les voir quand on n’est pas américain ou anglais… Leur dernière salle remonte tout de même à 2004…

    Il est 19h et on voit le gros FUCK derrière la scène, on aperçoit Mark en fond de scène, on remarque son masque de stormtrooper, les roadies s’agitent, se checkent, le concert va commencer pile à l’heure. Il est 19h05.

    Les premières notes du générique de Stranger Things se font entendre. C’est sur ce thème que le groupe introduit ses shows depuis quelques dates maintenant. Légérement remixé par Travis Barker qui met quelques coups de baguettes, le thème laisse place à Feelin’ This.

    Mark est dans son look et son énergie habituel et Matt Skiba nous arrive avec un pantalon bariolé noir et blanc et un t-shirt Le Mans bleu blanc rouge du plus « bel » effet. C’est enfin ce soir vendredi 9 juin 2017 que nous allons juger le remplaçant de Tom DeLonge.

    C’est frileux que nous entendons des chansons connues de tous avec la voix de Tom repris par un chanteur « extérieur ». On s’habitue vite, l’aura de chaque chanson suffit à se laisser de nouveau emporter par le groupe. Rock Show succède à Feelin’ This, le public est conquis, les pogos sont déjà violents et les pickpockets bien présents (plus de 100 portables seront volés cette journée…).

    Amateurs de pogos ou non, il faut profiter du show et il continue dans une énergie folle avec Cynical issu du dernier album. La chanson plutôt mouvementée n’arrange pas l’état de la fosse. On se retrouve des étoiles plein les yeux quand les premières notes de Anthem Part Two se font entendre. Le titre n’avait pas été entendu en live depuis belle lurette. Un titre très marqué par Tom mais que Matt arrive à s’appropier.

    Les interactions avec le public sont rares mais Mark nous gratifie évidemment d’un bonjour Paris, d’un « je vais à la palge avec mon stylo ». Nous avions peur de l’accueil de Matt par le public français mais quand Mark l’introduit, les sifflets sont très discrets.

    Down, I Miss You, First Date, What’s My Age Again, Dumpweed sont autant de titres puissants qui ne font jamais faiblir le show. Le petit bémol est peut-être pour Reckless Abandon que Skiba ne parvient pas à personnifier.

    Les nouveaux titres comme She’s Out Of her Mind, Built This Pool, Sober et Los Angeles sont repris par la foule et prouve que California a réussi le pari d’être un album qui réunit contrairement à Neighborhoods ou Dos Eating Dogs qui ne verront aucun de leurs titres joués ce soir-là.

    Dysentary Gary nous fait dire que le groupe nous fait chanter depuis plus de 20 ans et putain que ça fait du bien.

    Au final, après une petite heure 10 de show mais tout de même 20 titres, le groupe aura fait un best-of parfait, une prestation honorable et nous aura fait une visite certes éclair, en plein jour mais qu’on ne pouvait refuser. Le chant de Mark était posé et plutôt juste. LE problème de la scène était que le son se modulait différemment suivant l’endroit où on était. Beaucoup de basses étaient ressenties du côté droit de la scène et les chansons se voyaient un peu surexposées au niveau batterie. Matt Skiba était moins audible que Mark au niveau volume et moins à l’aise sur certaines compos mais ça reste plus juste que les dernières prestations de DeLonge.

    On n’attend qu’une date prochaine dans une salle pour mieux ressentir la proximité avec un groupe qui ne sera venu que 3 fois en 13 ans. A réécouter leurs titres là aujourd’hui, quelques jours après le concert, on se sent tout petit mais tellement fier d’être fan d’eux, de faire partie de leur histoire en les voyant, en nourrissant notre passion avec quelques chansons simples mais efficaces. Bref, on veut être aussi éternels que leur musique.

Poster une réponse